Retour à la page d'accueil Page principale réseau

Retrouvez une partie de cette section en téléchargement

Les réseaux locaux

Présentation des réseaux locaux

Introduction
Critères de classement

Les protocoles de réseaux locaux

Le protocole OSI
Le protocole TCP/IP
Le protocole Ethernet
Les câblages Ethernet
Exemple fonctionnement TCP/IP et Ethernet
Autres protocoles

Architecture de réseau local

Présentation
Caractéristiques fondamentales
Eléments de réseau

Les réseaux longues distances

le réseau téléphonique commuté
les réseaux X25 et Frame Relay
le réseau RNIS
le réseau ATM
le routage

Les boucles locales

Définition d'une boucle locale
L'ADSL
Le LMDS 

La téléphonie sur internet

Présentation
Voice over IP
Et pour le particulier ?
X25 et Frame Relay
X25 ( Présentation , Fonctionnement , TRANSPAC) , Frame Relay (Présentation, Fonctionnement), Frame Relay contre X25 ]

Dernière modification 19.08.00


X25 et Frame Relay

 

X25

Présentation

Pour la transmission des données, il existe plusieurs réseaux spécifiques, comme X25. Ces réseaux publics sont basés sur le protocole standard X25 qui règle les transferts de données.
X25 est idéal pour relier des réseaux locaux. Il offre des temps d'établissement de liaisons rapides (inférieurs à une seconde), une très bonne qualité de transmission et des vitesses de transfert allant de 300 à 64Kbit/s.
X25 est particulièrement intéressant pour une entreprise dans le cadre de connexions internationales et lorsque les temps de connexions journalières atteignent plusieurs heures. Pour des transferts de durée moyenne, ce service représente une alternative aux modems et lignes téléphoniques automatiques ou louées. En plus du réseau national de télécommunications, des compagnies privées offrent également des services X25 à un prix plus compétitif que celui proposé par les entreprises avec monopole.
[Retour haut de la page]

Fonctionnement


   X25 est basé sur la notion de circuit virtuel. Le circuit virtuel est une relation logique établie par le réseau entre deux abonnés, pour transmettre, avec un haut degré de sécurité, des séquences de données, sans restriction de longueur ou de nature.
   Il est appelé circuit virtuel car les circuits physiques empruntés par les paquets de données d'un abonné, sont partagés par l'ensemble des communications.   Les caractéristiques de transmission du circuit virtuel sont :
   - possibilité d'échanges simultanés dans les deux sens, de suite de paquets constituant des messages de longueur variable,
   - l'ordre dans lequel sont émis les paquets est préservé par le réseau,
   - le contrôle du flux est effectué, ce qui permet à chaque correspondant d'asservir le débit de l'émission des messages.
   - le circuit réalise l'adaptation de la longueur des paquets. Chaque correspondant peut utiliser des longueurs de paquets différentes.
   - l'accès est multi voies : il permet à une installation connectée à TRANSPAC par une seule liaison physique de communiquer en même temps avec plusieurs correspondants (en utilisant plusieurs circuits virtuels).

   Le circuit virtuel peut être commuté ou permanent :
   Circuit commuté :il est établi et libéré à la demande de l'un ou l'autre des correspondants.
   Circuit permanent :il est établi de manière permanente entre les deux abonnés.

[Retour haut de la page]

TRANSPAC

Présentation

Devant la croissance importante des besoins de transmission de données, depuis les années 1970 et compte tenu des évolutions importantes dans les technologies de commutation, les pouvoirs publics ont lancé en 1975, la réalisation industrielle d'un réseau public de transmission de données par paquets, TRANSPAC basé sur le protocole X25. Ce réseau a été officiellement mis en service le 21 décembre 1978. Il répondait aux trois objectifs principaux suivants :
   - Répondre à une large part du marché informatique et contribuer à sa croissance, pour :
          les systèmes de gestion interne aux grandes entreprises et administrations,
          les besoins de transmission de données des petites et moyennes entreprises,
          des accès aux bases de données,
          des nouveaux moyens de communications (vidéotex, télétex ...).
   - Offrir des services respectant les normes internationales, pour :
          contribuer à l'interconnexion des réseaux les plus divers,
          permettre les relations avec les réseaux publics étrangers,
          faciliter l'adaptation des matériels informatiques connectables entre eux, en offrant des interfaces d'accès universelles.
   -  Respecter les conditions de service public dans le domaine de la fiabilité et de la sécurité et en assurant une couverture totale du territoire
sans discrimination de tarif.

   Les domaines d'utilisation du réseau TRANSPAC sont les suivants :
   - Transmission de messages, de télécopies,
   - Applications conversationnelles (interrogation, mise à jour de fichiers, temps partagé, gestions de  transactions, saisies interactives ...
   - Saisies de données avec transmission différée,
   - Télétraitement par lot,
   - Interconnexion d'ordinateurs pour le transfert de fichiers ou le partage des ressources.

   Des services complémentaires peuvent être offerts aux utilisateurs :
   - Raccordement multi lignes : pour permettre d'augmenter sécurité et débit, il est possible d'être raccordé par plusieurs circuits physiques indépendants, traités en parallèle.
   - Groupe fermé d'abonnés : pour les utilisateurs désirant une protection de l'accès à leurs fichiers et système, il est possible de constituer des groupes fermés d'abonnés. Ceci permet de se prémunir contre les accès de l'extérieur et aussi contre les accès vers l'extérieur.
   - Taxation au demandé : ce service concerne les circuits virtuels commutés. Un abonné appelant peut demander que sa communication soit facturée à l'appelé (avec son accord ...).
 

[Retour haut de la page]

Structure du réseau TRANSPAC

Organisation générale
TRANSPAC est organisé autour d'ordinateurs spécialisés assurant des fonctions de concentration et de commutation de données. Ils sont reliés entre eux par un réseau fortement maillé de canaux rapides.
   La modularité et la redondance des commutateurs garantissent un haut degré de disponibilité du service (basculement automatique en cas de défaillance d'un élément) et permettent une évolution harmonieuse du réseau suivant la demande.
   Une surveillance permanente est assurée au niveau local (contrôle, supervision de chaque autocommutateur) et au niveau national (gestion du réseau) . Des dispositifs de télémaintenance sont prévus.
   TRANSPAC est accessible de tout point du territoire, avec une tarification indépendante de la distance, par toutes les catégories d'utilisateurs (grandes entreprises, administrations, petites et moyennes entreprises, sociétés de services, centres de recherches ...).
.Architecture générale
   Le réseau TRANSPAC se compose de deux sous-ensembles fonctionnels :
   - Un ensemble assurant le transport des informations comprenant :
          un niveau national avec les autocommutateurs et les liaisons internes,
          un niveau local avec les multiplexeurs et les raccordements d'abonnés.

   - Un ensemble assurant les contrôles nécessaires à la gestion et à la surveillance du réseau. Il comprend :
          des points de contrôles assurant le contrôle d'un certain nombre de commutateurs,
          des centres de gestion, assurant grâce aux informations fournies par les points de contrôle locaux, le contrôle national du réseau. Il existe deux centres de gestion en service. Un seul dispose à un instant donné de la fonction superposition nationale, l'autre étant en secours, et n'effectue que des tâches annexes.

[Retour haut de la page]

Commutation de trames (Frame Relay)

Présentation

   La commutation de trames est une méthode de transmission similaire à X25 et permet d'atteindre des vitesses de transferts de 2 Mbit/s. Alors que les réseaux X25 travaillent avec des longueurs des trames de données fixes, le protocole de commutation de trames utilise des trames de taille variable afin d'utiliser au mieux la bande passante du réseau. Cela permet de réduire la charge sur l'ensemble des branches du réseau. Contrairement à X25, la commutation de trames tourne sur les niveaux 1 et 2 du modèle ISO. De ce fait, elle n'ajoute pas de bits supplémentaires pour le contrôle, ce qui autorise des débits beaucoup plus rapides. Toutefois, cela suppose des terminaux suffisamment intelligents pour effectuer les contrôles d'erreur, lesquels se trouvent donc reportés à des couches supérieurs du modèle.
   Même si la commutation de trames présente des avantages par rapport à X25, elle n'est pas appropriée pour les applications comme la transmission vocale ou vidéo. Cet inconvénient était jusqu'à présent négligeable, les réseaux pour les transferts de voix ou d'images étant construits séparément. Pourtant, avec l'apparition des applications multimédia sur les réseaux LAN et WAN, l'intégration d'informations audio et vidéo a fait son apparition. Dans ce cas l'utilisation d'ATM est vivement recommandée.
[Retour haut de la page]

Fonctionnement

   L'enveloppe du paquet Frame Relay épouse idéalement le format des paquets Ethernet, IP ou SNA. L'effort d'encapsulation est minimum. La suppression du contrôle de flux a également une certaine répercussion sur le délai de transit. En effet, plus légers, les logiciels intégrés aux routeurs et commutateurs Frame Relay réduisent ce délai au sein de l'équipement. Celui-ci se contente de relayer la trame vers le noeud suivant ou sa destination finale.
   En cas d'anomalie, les trames erronées sont abandonnées, les trames mal routées connaissent le même sort. Cette volonté de privilégier les performances par rapport à l'intégrité de la connexion table sur des infrastructures numériques fiables et des équipements d'extrémités autonomes, aptes à soulager le réseau d'un contrôle de flux laborieux. Installée aux extrémités, une procédure de transport de bout en bout, comme SNA ou TCP, se charge de rapatrier les trames manquantes. Libéré du contrôle de flux, le protocole Frame Relay se prête plus facilement à l'allocation de bande passante.
[Retour haut de la page]

Frame Relay contre X25

  La numérisation achevée du réseau rend superflus les contrôles d'intégrité trop pointus. Le Frame Relay exploite ce constat, il allège considérablement les contrôles de flux, ceux ci seront effectués par les protocoles de plus haut niveau (couche transport du modèle OSI) comme SNA ou TCP.  TRANSPAC a vécu sur ses acquis jusqu'en 1996, mais le lourd mécanisme d'encapsulation des trames Ethernet et son contrôle de flux poussé le voue à la disparition au profit de protocoles comme Frame Relay, France Telecom a bien essayé de rajouter des fonctionnalités nouvelles mais cela n'a pas suffit. X25 est aujourd'hui en grand perte de vitesse toutefois les investissements engagés par les utilisateurs préservent l'offre X25 de TRANSPAC pour quelque temps encore.
[Retour haut de la page]